La cystite est définie par une inflammation de la vessie. Elle touche essentiellement les femmes en raison d’une infection bactérienne. La plupart du temps, cette pathologie garde une forme bénigne. Toutefois, elle nécessite un traitement adapté afin de soulager les différents symptômes et éviter également l’apparition de complications.

Quand une cystite est considérée comme aiguë ?

La cystite compte parmi les principaux motifs de consultation médicale. Il s’agit d’une affection assez courante qui touche les femmes et les petites filles. Durant le diagnostic, le médecin peut suspecter une cystite aiguë simple, compliquée ou encore récidivante.

La première forme appelée également cystite classique ou cystite simple est de nature ponctuelle et se soigne facilement. En revanche, la cystite aiguë compliquée présente un grand risque de complication et requiert une importante prise en charge. Quant à la cystite récidivante, elle se produit fréquemment au moins 2 fois par an. Les  cystites à répétition peuvent aussi entrer dans ce cadre à raison de 3 ou 4 épisodes sur un intervalle de temps très rapproché.

De nombreux facteurs favorisent la survenue de la pathologie chez la femme. Lorsque la taille de l’urètre est considérée comme petite, les micro-organismes pénètrent plus facilement. Les rapports sexuels peuvent également accroître le risque. Souvent, l’incontinence urinaire joue un rôle dans l’apparition d’une cystite. À cause d’un déficit en œstrogènes pendant la période post-ménopause, une femme peut souffrir d’une inflammation de la vessie. Durant la grossesse aussi, la vessie est compressée par l’utérus, ce qui provoque le ralentissement de l’écoulement de l’urine.

À quel moment une cystite devient chronique ?

Une cystite chronique, plus connue sous l’appellation « cystite interstitielle », est une forme assez rare de l’inflammation de la vessie. Elle se caractérise par des douleurs, parfois insupportables, au niveau de la vessie et se produit au moins 3 fois par an.

En cas de cystites à répétition, il est recommandé d’effectuer des analyses médicales afin de détecter l’agent pathogène responsable. Dans près de 80 % des cas, il s’agit de la bactérie E.coli. Elle se trouve généralement dans l’intestin pour rejoint l’urètre par l’intermédiaire de l’orifice inférieur, s’y reproduire et engendrer l’infection.

La cystite dans sa version chronique est favorisée par des facteurs tels que les rapports sexuels fréquents, l’implantation d’une sonde urinaire fixe, le diabète ou bien l’âge. Plus l’affection se produit fréquemment, plus les muqueuses sont irritées. En conséquence, les risques de contracter à nouveau la maladie augmentent. Pour mettre un terme à ce cercle vicieux, il est essentiel d’éliminer l’agent pathogène impliqué et soigner complètement la cystite. 

Quelles sont les principales causes de la cystite ?

Le développement d’une cystite aiguë ou chronique peut avoir plusieurs origines. Dans ce cadre, les cystites infectieuses sont les plus courantes et sont causées par une infection bactérienne. La plupart du temps, le germe concerné est le colibacille Escherichia coli.

Cependant, la cystite bactérienne peut être provoquée par d’autres parasites ou bactéries. Dans d’autres situations, l’affection est causée par la prise de certains médicaments, un acte ou un examen médical. On parle souvent d’une cystite iatrogène. Elle peut aussi survenir après une radiothérapie.

Les cystites à répétition ou interstitielles sont également nommées « syndrome de la vessie douloureuse » à cause des douleurs qu’elles engendrent au niveau de l’urètre et de la vessie. De nombreuses hypothèses ont été évoquées sur les éventuelles causes de cette pathologie, mais jusqu’à aujourd’hui elles ne sont pas encore clairement définies. Il pourrait s’agir d’une altération au niveau de la paroi de la vessie, d’une maladie auto-immune ou une réaction allergique.

Quels sont les traitements adaptés pour soigner une cystite ?

Dans un premier temps, il est important de définir les signes cliniques. Les douleurs ou brûlures mictionnelles ainsi que la pollakiurie est les premiers symptômes ressentis par la femme. Chez l’enfant, des pleurs durant la miction et des fuites urinaires peuvent déjà se traduire par une inflammation de la vessie.

Une personne qui souffre d’une cystite à répétition ne présente pas de fièvre ou de douleurs au niveau du dos. Toutefois, les brûlures mictionnelles ne suffisent pas pour diagnostiquer la maladie. Le traitement adapté en cas de cystite bactérienne repose sur l’administration d’antibiotique. Il existe plusieurs catégories qui peuvent être utilisées.

À titre indicatif, la fosfomycine est la plus prescrite en cas de cystite classique. En seconde option, le pivmécillinam peut également faire l’affaire avec une prise régulière durant 5 jours. Les antibiotiques de la famille des pivmécillinam sont aussi efficaces pour traiter l’affection. Ils sont employés en troisième recours afin de préserver leur puissance pour les infections plus conséquentes. Toutefois, il est préférable de consulter un médecin pour trouver le traitement adéquat.